A l’instar de Carlo Ancelotti et ses coéquipiers, Thomas Müller n’a pas digéré les décisions de M. Kassai qui, selon lui, ont conduit à l’élimination du Bayern Munich face au Real Madrid.

Carlo Ancelotti, Franck Ribéry, Robert Lewandowski: rares sont les Munichois à ne pas avoir critiqué, voire fustigé, l’arbitrage après l’élimination du Bayern face au Real Madrid (2-4, a.p.), mardi soir en quarts de finale de la Ligue des champions. Une défaite qu’ils ont quasiment tous mis sur le dos de M. Kassai, coupable à leurs yeux d’avoir accordé deux buts hors-jeu à Cristiano Ronaldo et injustement expulsé Arturo Vidal pour une faute peu évidente sur Marco Asensio (84e).

Ces décisions, Thomas Müller a lui aussi eu du mal à les digérer. S’il a reconnu en zone mixte que son équipe n’avait pas réalisé “le match parfait”, l’attaquant allemand n’a pas manqué d’allumer le sifflet hongrois et ses assistants. “On s’est comporté comme des hommes sur le terrain mais vu comment les choses se sont passées, c’est extrêmement difficile de jouer à 10 contre 14, a-t-il pesté. Le but du 2-2, c’était le pire, l’arbitre de touche avait une vue dégagée. Ça nous a tués.”

Autre tournant en défaveur des Bavarois, le deuxième carton jaune reçu par le milieu chilien, à un moment du match où le FCB était encore dans le coup. “On était bien mentalement quand il y avait 2-1 et qu’on était encore 11 sur la pelouse. Mais les arbitres ont fait tourner le vent, a-t-il déploré. On ne peut pas simplement rentrer chez nous et dire ‘ce sont des choses qui arrivent’ après ce qu’il s’est passé ici (à Santiago-Bernabeu).” La pilule mettra sans doute longtemps à passer.