Dans la nuit du 13 au 14 février 2016, Serge Aurier se lâchait sur l’application Periscope, traitant notamment son entraîneur de “fiotte”. Un an plus tard, l’arrière droit du PSG est en passe d’être doublé par Thomas Meunier, probable titulaire mardi soir face au Barça.

Serge Aurier n’oubliera jamais la nuit du 13 au 14 février 2016. Quelques heures avant le huitième de finale aller de Ligue des champions entre le PSG et Chelsea, l’international ivoirien se lâche naïvement sur l’application Periscope, qu’il découvre, aux côtés d’un de ses amis fumant la chicha.

Interrogé par des internautes, il dévoile en direct les coulisses du club parisien et balance notamment sur son entraîneur, Laurent Blanc, qualifié de “fiotte” et certains de ses coéquipiers, comme Zlatan Ibrahimovic ou encore Angel Di Maria, traité lui de “guignol”. Devant le cataclysme provoqué par cette vidéo, l’ancien Toulousain va faire profil bas et s’excuser benoîtement.

Le Barça le voulait, mais…

Mais il sera sanctionné et mis au placard pendant plus d’un mois avant de retrouver les terrains, d’abord avec la CFA, avant d’être titularisé à la surprise générale, dans un non moins fameux 3-5-2, sur la pelouse de Manchester City en quart de finale retour de la Ligue des champions. Un an plus tard, le latéral droit, désormais muet devant les médias, n’est pas, ou plus, un élément incontournable de la défense parisienne.

A tel point qu’il est désormais en balance sur son côté avec Thomas Meunier, rare satisfaction du mercato estival. Le grand Belge est même pressenti pour être aligné d’entrée mardi soir contre le Barça en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions. Face à un club catalan un temps intéressé par le profil d’Aurier mais qui aurait renoncé devant les dérapages d’un joueur qui avait écopé en septembre dernier de deux mois de prison ferme pour violences volontaires sur un policier. Une vraie annus horribilis